Milkyway@Home

Détails

 

Milkyway@Home

Modéliser les interactions entre notre Galaxie, la Voie Lactée, et la galaxie naine elliptique du Sagittaire.


INSCRIPTION

Télécharger BOINC ( tutoriel )

URL du projet : http://milkyway.cs.rpi.edu/milkyway/

OS / Clients : Windows MacOS Linux Nvidia ATI Clients 64bits

Applications optimisées : Processeurs et Cartes Graphiques ATI

Code source : Ouvert

 

Liens du Projet
L'Alliance Francophone
Statistiques
Résultats / Publications Autres

     

    Milkyway@home est un projet du Département d'Informatique de l'Institut Polytechnique Rensselaer (Troy, État de New York)

    Le projet est mené par un étudiant en troisième cycle d'Astronomie (Nathan) et un autre en troisième cycle de Sciences de l'Informatique (Travis Desell).

    Les données utilisées proviennent d'observations effectuées par le Sloan Digital Sky Survey, un programme de relevé des objets célestes qui utilise un télescope optique de 2,5 mètres de diamètre situé à l'Observatoire d'Apache Point.

     

    La voie Lactée

     

     

    Description de la recherche

    Salut ! Je m'apelle Nathan, et je suis l'étudiant de troisième cycle d'astronomie qui travaille sur ce projet. J'ai développé l'algorithme qui étudie les données avec lesquelles nous travaillons. Je suis enthousiaste de voir tout l'intérêt témoigné jusqu'ici pour le projet et j'espère que cela ne fait que commencer.

    J'ai noté plusieurs questions à propos des recherches que nous allons mener, alors je vais essayer d'y répondre après vous avoir donné un bref aperçu :

    Les galaxies sont des systèmes en évolution permanente et peuvent fournir une idée sur la façon dont l'Univers est devenu ce qu'il est. Une chose que nous avons apprise sur les galaxies, c'est qu'elles fusionnent pour en former de plus grandes. Nous le savons parce que nous pouvons l'observer (exemples ici et ici). Cependant, c'est tout ce que vous pouvez apprendre en regardant ces galaxies fusionner, car en effet, nous ne pouvons en observer qu'une projection en deux dimensions. Par conséquent, nous allons étudier la Voie Lactée parce qu'elle est la seule galaxie que l'on puisse étudier dans les trois dimensions.

     

     

     
    La galaxie naine du Sagittaire se trouve actuellement à 70 000 années-lumière de la Terre et voyage sur une orbite polaire à environ 50 000 années-lumière du centre de la Voie lactée.
    Source de l'image : Télescope Spatial Hubble
     

    Nous avons aussi la chance qu'en 1994, Rodrigo Ibata ait découvert que la Voie Lactée était actuellement en train de fusionner avec une autre galaxie : la galaxie naine elliptique du Sagittaire (Sgr). Étant donné qu'elle est de taille relativement petite comparée à la Voie Lactée, la galaxie naine elliptique du Sagittaire est légèrement perturbée. Cela signifie que, parce que la Voie Lactée a une force gravitationnelle plus forte, la galaxie naine elliptique du Sagittaire se déchire et s'allonge en formant ce que l'on appelle des queues de marée qui devancent et suivent l'actuel noyau de cette galaxie naine. Vous pouvez voir une simulation de cette perturbation et en obtenir une meilleure compréhension ici. Nous sommes aux premières loges depuis notre Galaxie pour observer cette marée de débris. En général, nous pouvons seulement dire où se trouve une étoile et vers où elle se dirige.

    Cependant, par l'étude de ces forces de marée, nous pouvons reconstituer la localisation passée de ces étoiles. En étudiant la direction de ces courants, nous pouvons ainsi sortir une carte qui nous permet d'étudier le potentiel gravitationnel de la Voie Lactée. Donc, depuis que l'on estime que cette force de marée est due pour 90% à la matière noire, nous sommes capables d'acquérir une bonne connaissance de la répartition de la matière noire à l'intérieur de la Voie Lactée.


     
     
    Dispersion des gaz de la galaxie naine elliptique du Sagittaire sous l'effet des forces de marée de la Voie Lactée
    Ce sont ces débris de marées galactiques que nous allons étudier en utilisant Milkyway@home. Nous avons développé une méthode qui nous permet d'isoler et de déterminer les propriétés de ces débris. Nous n'avons donc pas prévu de nous limiter à la seule étude des courants connus (bien que ce soit notre première étape), mais nous espérons être en mesure de découvrir et d'étudier de nouveaux débris de marées galactiques.

    Si cela peut vous donner une idée de ce que nous allons faire, n'hésitez pas à poser des questions. En attendant, je vais répondre aux questions que l'on m'a présentées jusqu'ici :
    • Combien de temps faudra-t-il pous calculer une unité ?
    Cela dépendra en fin de compte de nos choix en matière de  fractionnement du travail et des techniques qui vont être utilisées. Cependant, plus concrètement, et du moins pour commencer, nous allons voir à reprendre 4 à 8 fois l'unité en cours. Donc, s'il vous faut un quart d'heure à trente minutes pour calculer une unité type, prévoyez 1 à 4 heures. Toutefois, ces valeurs pourraient être modifiées.
    • Combien de temps doit durer le programme ?
    La réponse la plus courte est 'indéfiniment'. Nous avons une énorme quantité de données à étudier. De plus, des données en plus grand nombre et de meilleure qualité seront toujours collectées,  et il existe une multitude de modèles différents pour la Galaxie. C'est pourquoi il faudra sans cesse calculer des unités pour ces nouveaux modèles et ces nouvelles données.
    • Quelle période allons nous étudier ? Allons-nous commencer au Big Bang ou à une autre époque ?
    Nous ne réalisons pas un travail de simulation. Nous allons analyser des données. Par conséquent, nous allons uniquement regarder des instantanés de la Voie Lactée. Nos premières données seront celles de la publication de données N°6 du Sloan Digital Sky Survey (SDSS). Les résultats de nos travaux seront disponibles pour de futures recherches de simulation, mais ce n'est pas l'objet de nos recherches.