Résultat concret du Projet WCG "Say No To Schistosoma

 

 

L'équipe de recherche a analysé scrupuleusement les résultats des calculs du projet: "Dites NON à la Schistosomiase".

Petit rappel de la maladie:
source OMS
"La schistosomiase (ou bilharziose)  est une maladie chronique provoquée par des vers parasites.
Au moins 243 millions de personnes ont besoin d’un traitement contre la schistosomiase en 2011.
28,1 millions de personnes atteintes ont été traitées pour la schistosomiase en 2011.
Le risque d’infection est lié à l’exposition à des eaux infestées lors d’activités agricoles, domestiques ou de loisirs.
Le manque d’hygiène et les jeux rendent les enfants particulièrement vulnérables."


A l'aide de plusieurs techniques d'analyse complémentaires, afin d'aider les chercheurs à sélectionner des composés prometteurs, trois substances intéressantes font l'objet de tests supplémentaires avec l'espoir d'identifier des traitements potentiellement plus efficaces contre la schistosomiase.


Grâce aux bénévoles du World Community Grid qui ont contribué au projet, nous avons sélectionné des composés de la projection basée sur les grilles de calcul pour des tests supplémentaires. Nous avons collaboré avec différents laboratoires pour lancer d'autres analyses par ordinateur de 24 composés à l'aide de plusieurs outils logiciels.
Ces outils aident en fournissant des informations sur les nombreuses caractéristiques des composés tels que la toxicologie, l'absorption, les interactions, la pharmacocinétique et plus encore.
Les modèles QSAR ont été utilisés pour continuer à évaluer les résultats.
Pour plus d'infos sur QSAR, voir ici en anglais et ici en français.

De l'analyse des calculs, trois composés ont été identifiés comme les meilleures substances. Pour les prochaines étapes, nous poursuivons les tests in vitro de ces composés pour déterminer s'ils pourraient être des options viables pour le traitement de la schistosomiase.

Nous tenons à remercier et à souligner l'aide de bénévoles du World Community Grid et d'IBM qui ont rendu ce projet possible.
Nous sommes sûrs que nous pourrons continuer nos efforts pour trouver de nouveaux traitements contre la schistosomiase.